Je n’ai pas fini de t’aimer…

Je n’ai pas fini de t’aimer…


O dis-moi que depuis la nuée incandescente,

Recroquevillé dans les draps mousseux,

On peut entendre le souffle de l’automne,

Son agonie étendue sur l’asphalte humide.

Dis-moi que tu vois mes amours mourir.



Les feuilles pâlies sont enlevées par le vent

Les larmes de mes yeux trop fragiles, suivent.

J’ai ramassé les cendres, avec elles les souvenirs.

Dis-moi que tu les rendras plus douces

Quand je les soufflerai vers ton ciel rougeoyant.



A genoux sur le tombeau des amours mortes,

Je n’ai gardé que les feuilles de notre automne.

Dis-moi que tu sais à quel point elles sont belles

Sur l’arbre de mon coeur qui ne cesse de fleurir.

Dis-moi que c’est par ce chêne immortel



que toujours tu respires…